Si mon activité principale a été l'exercice de la médecine puis de la psychothérapie, une aventure parallèle a commencé en 1986 suite à la lecture déterminante des ouvrages d’Emmanuel Todd qui m'ont donné une clé pour comprendre l'identité européenne. 

Ma rencontre avec le Dr Philippe Court-Payen en 1986 a débouché sur la publication d’un livre (Thierry Medynski et Philippe Court-Payen, Psychanalyse et ordre mondial, Montorgueil, 1993). Philippe Court-Payen avait auparavant présenté, au cours d’une conférence en novembre 1980, le concept de Double-démocratie (texte non publié). Après un DEA d'études européennes à Paris VIII, « Mutations des sociétés et cultures en Europe », j’ai publié un second livre (Thierry Medynski, L'Europe dévoilée, Yves Michel, 1999). 

L'Europe telle qu'elle se construit depuis l'Acte Unique n'est pas en accord avec l'identité européenne. J'ai donc voté contre le traité de Maastricht et contre le Traité établissant une Constitution pour l'Europe. Un non qui ne se reconnait ni dans le non d'extrême gauche, ni dans le non d'extrême droite. Un non pour défendre une autre idée de l'Europe, une approche transdisciplinaire qui s'inscrit dans le sens d'une histoire, l'histoire de l'humain, l'histoire de la civilisation européenne, car l'identité européenne résonne en écho au processus d'individuation. Un non en accord avec une troisième mutation de société dans laquelle nous pourrions entrer, pour construire une autre Europe en adéquation avec cette mutation.